Plafond qui goutte

La douche du voisin du dessus qui fuit, une rupture de canalisation, une infiltration d’eau de pluie et voilà que le plafond de votre salon ou de votre cuisine goutte. Face à une telle situation, il faut agir au plus vite, car un dégât des eaux d’apparence anodine peut rapidement se transformer en une véritable catastrophe. Comment y remédier ? Voici les réflexes à adopter.

Faire appel à un artisan plombier pour réparer la fuite

Lorsqu’une fuite est constatée au niveau du plafond, le premier réflexe est de déceler l’origine de la fuite. Pour ce faire, détectez la moindre tâche d’humidité de couleur brune, verte ou jaune. Attention, une tâche bien nette signifie que le volume d’eau s’avère assez important. Une tapisserie qui se décolle ou une peinture qui s’effrite indique une infiltration d’eau. Il faut agir vite et demander au voisin du dessus de couper l’arrivée d’eau avant d’appeler le plombier.

Dans certains cas, la fuite n’est pas visible à l’œil nu, d’où la nécessité de faire intervenir un professionnel. Si vous résidez en Lorraine, vous pouvez notamment contacter des artisans plombiers tels que plombier-vilet-lorraine.fr pour divers services, dont la recherche de fuites. Les plombiers interviennent chez vous en urgence si cela s’avère nécessaire. Ils restent disponibles 24 h/24 et 7 j/7.

Le gaz traceur : une technique efficace pour détecter les fuites

Pour déceler les moindres petites fuites dans le plafond, le professionnel use des méthodes éprouvées comme celle du gaz traceur. Le procédé consiste à injecter une combinaison d’hydrogène et d’azote dans les canalisations.

Naturellement, le gaz s’échappera à travers les fissures, ce qui n’échappera pas à l’œil aiguisé du professionnel. Mieux encore, ce dernier dispose d’un appareil de mesure visant à déceler les fuites de gaz au niveau de la canalisation.

Détecter les fuites d'eau

Travaux de plomberie : la technique de la thermographie

Si la fuite d’eau ne peut être décelée à l’œil nu, le plombier a recours à la thermographie. Cette méthode consiste à utiliser les ondes infrarouges pour détecter l’origine de la fuite d’eau au plafond. La caméra thermique orientée vers les zones suspectes détecte systématiquement une forte concentration d’eau.

Le son pour déceler une fuite d’eau au plafond

Si votre plafond goutte alors qu’aucune trace n’est visible, le technicien usera d’un aquaphone pour déceler la fuite. La détection de la fuite au niveau de la canalisation se fera à partir de fréquences sonores. Il en est de même pour les infiltrations d’eau dans le plafond ou dans les murs. Cette technique se révèle particulièrement efficace pour déceler les toutes petites fuites qui, à long terme, peuvent causer d’importants dégâts.

Plafond qui goutte : limiter les dégâts au niveau de la plomberie

Si vous habitez un duplex ou dans une maison individuelle, pensez à couper systématiquement l’arrivée d’eau en cas de fuite. Vous éviterez ainsi les risques de court-circuit, voire d’électrocution. Si la fuite vient d’un logement du dessus, il faut avertir le voisin. Il se chargera de couper l’eau en attendant l’intervention du plombier. En revanche, s’il n’est pas chez lui, contactez immédiatement le syndic ou le gardien de l’immeuble.

Comme une simple infiltration d’eau peut engendrer de très graves dégâts, pensez à débrancher les appareils qui se trouvent à proximité. Limitez également les dommages en plaçant des seaux ou des récipients pour recueillir l’eau qui fuit.

Vous pouvez aussi tenter de colmater la fuite, en attendant le plombier ou le couvreur. Vérifiez toutefois si l’intervention est prise en charge par l’assurance. Si c’est le cas, il incombe à l’assureur d’envoyer le professionnel agréé chez vous. En revanche, si le sinistre provient des parties communes, les réparations reviennent au syndic.

Dégât des eaux : les formalités obligatoires

Si la fuite d’eau provient de l’appartement du dessus, alors il faudra alerter votre voisin au plus vite. Ensemble, vous devrez remplir le constat amiable de rigueur. S’en suit la déclaration du dégât des eaux auprès de votre assureur. Selon la compagnie d’assurance, cette formalité peut être réalisée en ligne, via une application mobile ou par lettre recommandée avec accusé de réception…

Quant à la demande d’indemnisation, elle doit être envoyée dans les 5 jours qui suivent le sinistre. N’oubliez pas d’y joindre les justificatifs, dont les volets du constat amiable, le compte-rendu des dommages ou encore la liste des dégâts.

urgence fuite d'eau

Dégât des eaux au plafond d’une location : qui doit prendre en charge les réparations ?

Le locataire qui constate une fuite d’eau au plafond se doit de contacter son assureur. Dans un même temps, il devra avertir le propriétaire. Par contre, si la fuite d’eau résulte d’une canalisation en mauvais état, alors le propriétaire sera tenu responsable du sinistre au plafond de son locataire. Les réparations indispensables seront couvertes par son assurance propriétaire non occupant (PNO).

Quoi qu’il en soit, les réparations ne peuvent débuter sans l’accord de la compagnie d’assurance. Selon la procédure, l’origine de la fuite doit être déterminée au préalable. Néanmoins, il faut toujours conserver les factures et autres pièces justificatives indispensables pour la procédure d’indemnisation.

Si l’assureur décide de réaliser une expertise, il ne faut surtout pas réparer les dégâts des eaux. L’expert doit pouvoir retrouver le lieu en état afin de mieux évaluer l’ampleur des dommages. Le processus d’indemnisation sera enclenché à la suite de son passage. L’indemnité servira pour réaliser les travaux.

Autrement, la compagnie d’assurance peut envoyer des professionnels agréés pour faire les réparations indispensables. Comme l’assureur paie directement les travaux, l’assuré ne recevra pas directement l’indemnité.

Travaux de plomberie : comment est déterminé le montant de l’indemnisation ?

Si la compagnie d’assurance a fait réaliser une expertise, le montant du remboursement dépendra du rapport de l’expert. Si ce dernier n’est pas sollicité, l’assureur se basera sur la description du sinistre faite par l’assuré. Il se référera également aux justificatives fournis avec la déclaration du sinistre. Si besoin, le coefficient de vétusté de la canalisation sera pris en compte et soustrait du montant de l’indemnisation.

Ceux qui décident de faire eux-mêmes les réparations seront remboursés à hauteur des coûts des matériaux. Un forfait de main-d’œuvre sera également prévu. Dans tous les cas, l’assuré peut se référer au rapport d’expertise pour comprendre le calcul pris en compte pour déterminer l’indemnité.